Partagez | 
 

 Once again... | Vivi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invitéavatar
Invité
MessageSujet: Once again... | Vivi   Lun 03 Sep 2012, 12:36 pm

Il avait désobéi. Encore une fois. Et il s'était enfui. Encore une fois. Peut-être était-ce là son destin, que de ne jamais se plier aux ordres qu'on lui donnait. En y repensant, il n'avait fait ça : désobéir. Il avait désobéi à son premier Maître, Xehanort, en refusant de faire appel au pouvoir des Ténèbres. Il avait désobéi à son second Maître, Eraqus, et s'était enfui pour le monde extérieur. Il avait désobéi à ses deux amis, Aqua et Terra, et n'était pas rentré à la Land of Departure. Il avait désobéi à Vanitas, en refusant devenir une partie de la X-blade. Et à présent, il désobéissait de nouveau en quittant la Tour du Maître Yen Sid, où Aqua l'avait laissé. Encore une fois. Encore. Ce mot, ce simple mot, éveillait en lui une multitude de sentiments contradictoires. Et il lui faisait mal. Il ne voulait pas que les choses se reproduisent comme la dernière fois. Et pourtant, tout prenait des allures de 'encore'.

Mais il était incapable de rester en place. De simplement se reposer alors que son amie Aqua était repartie sillonner les mondes, à la recherche de Terra, en le laissant derrière avec ne directive simple, mais qu'il était incapable d'accomplir. Il lui en voulait, sans vraiment lui en vouloir. Comment aurait-il pu réellement la blâmer ? Cette fois-ci, il était incapable de la suivre. Il l'avait réalisé où moment où il s'était soustrait de la vue de Yen Sid et avait dévalé les escaliers de sa Tour à la vitesse de l'éclair, manquant de trébucher deux trois fois. Il l'avait su, lorsque, devant les marches de la demeure du magicien, il avait tendu son bras devant lui, écarté les doigts et matérialisé sa Keyblade. L'arme avait trouvé sa place dans la main de son porteur. Mais ce simple geste, anodin pourtant, l'avait mis en garde. Car il avait senti que même cet acte lui coûtait. Alors, au lieu de matérialiser son armure et son Glider et de partir s'engouffrer dans les Ténèbres entourant les mondes, le jeune homme avait baissé les yeux, en même temps que le poids de sa Keyblade entraînait sa main vers le bas. Il avait compris. Compris sa faiblesse. Et la lassitude l'avait emporté sur le reste.

Jusqu'à ce qu'elle laisse place à un nouveau sentiment. La frustration. Et d'un geste rageur, il avait lancé sa Keyblade vers le firmament et matérialisé son Glider, sur lequel il avait sauté avant de s'éloigner de la Tour de Yen Sid.

Il ne comptait pas s'engager dans les Lanes Between. Il n'en avait pas la force. Mais il avait besoin de faire quelque chose. Alors il était là, en train de sillonner le ciel de ce monde, à défaut de pouvoir rejoindre d'autres mondes. Sentir la brise légère caresser son visage l'apaisait quelque peu. Retrouver ces sensations perdues depuis une décennie achevait de faire passer la colère passagère qui s'était emparée de lui lorsqu'il avait constaté sa propre impuissance. Mais à présent qu'il avait quitté la Tour, il ne se sentait pas d'humeur à y retourner. Il savait que le vieux Yen Sid ne pensait pas à mal, et honorerait sa parole dans la mesure du possible. Mais être ainsi sous la surveillance du vieux Maître lui rappelait des souvenirs dont l'évocation éveillait en lui des sentiments mitigés. Le regard bienveillant de Yen Sid était comme celui d'Eraqus.

Son cœur se serra à la pensée du Maître de la Keyblade. Celui qu'il pouvait sans aucune honte nommer son tuteur. Quand bien même celui-ci l'avait gardé quatre année enfermé dans une prison afin de garder un œil sur l'un des êtres capables d'engendrer la X-blade. Une prison dorée néanmoins. Eraqus avait eu ses raisons, et malgré tout, Ven les comprenait. Il avait même été prêt à disparaître de ce monde par la main de son Maître pour ces raisons. Le poing droit du jeune homme se serra sur son cœur. Eraqus. Malgré tout, il l'avait aimé. Et il regrettait à présent le mépris qu'il lui avait craché à la figure. Les choses auraient-elles tourné autrement si il s'y était pris différemment ? La dernière image qu'il avait de son Maître, croisant le fer avec Terra, lui était douloureuse. Une image qui le hanterait à jamais. Ni Aqua, ni Terra n'avaient par la suite évoqué ouvertement devant lui ce duel durant lequel il avait assisté, impuissant, son ami céder devant les Ténèbres. Mais puisque Terra s'en était sorti vivant, il s'était douté que quelque chose était arrivé au Maître. Mais il se refusait à formuler la conclusion qui lui était naturellement venue à l'esprit. A ce moment-là, il avait été encore trop préoccupé par Vanitas et la X-blade, mais à présent que son esprit était libéré de ce fardeau, il ne pouvait s'empêcher d'avoir une pensée pour son Maître Eraqus.

Il n'avait pas posé la question à Yen Sid. En réalité, il n'avait posé aucune question au vieil homme. Peut-être aurait-il dû, mais il avait été un peu trop obnubilé par le départ d'Aqua et l'absence de Terra. Et il n'osait pas vraiment rebrousser chemin, Yen Sid ayant dû remarquer son absence – et il ne pensait pas que son retour se ferait sans remontrances. Tout bien considéré, il ne savait pratiquement rien de la décennie qui s'était écoulée pendant son sommeil. Qu'était-il advenu des mondes qu'il avait visités autrefois ? Le vieux Maître avait évoqué des mondes qui avaient sombré dans les Ténèbres, mais qui par la suite étaient revenus dans le royaume de la Lumière par la main d'inconnu(s).

Le fil de ses pensées s'interrompit brusquement lorsqu'il s'aperçut qu'il était en train de survoler une voie ferrée, au bout de laquelle se trouvait une ville. Le cœur du jeune homme bondit dans sa poitrine. Une ville. Depuis quand y en avait-il une ici ? La dernière fois qu'il s'était rendu à la Mysterious Tower, il n'y avait que cet îlot de verdure qu'il pensait survoler depuis un moment – si il s'était approché des Lanes, il s'en serait aperçu. Mais au fur et à mesure que son Glider s'approchait, il pouvait distinguer de mieux en mieux les maisons aux toits de tuiles rouges et bleues. Son regard céruléen se baissa, pour découvrir en contrebas une immense étendue d'eau, bercée de petites vagues tranquilles venant lentement s'échouer sur une plage de sable blond. Et en se retournant, le jeune porteur de Keyblade sentit l'émotion le submerger, alors qu'il posa son regard sur le premier crépuscule qu'il voyait depuis plus de dix ans.

L'instant magique se rompit néanmoins lorsqu'il sentit son Glider tanguer, et qu'il ne put reprendre parfaitement son équilibre. Il effectua quelques vrilles plus ou moins contrôlées avant de se résoudre à sauter en contrebas, atterrissant sur la plage de sable blond que ses mésaventures aériennes avait rapprochée de lui. Sa réception ne fut toutefois pas aussi bonne qu'il l'avait souhaitée, et alors que son Glider disparaissait, ses jambes se dérobèrent sous lui et il s'étala de tout son long sur le sol sablonneux. Il demeura ainsi durant des minutes qui lui parurent une éternité, rattrapé par sa propre faiblesse. Il avait été naïf de croire que l'utilisation de son Glider, même hors des Lanes Between, serait sans conséquences pour son corps encore trop fragile. De nouveau, il sentit la frustration monter en lui, sans qu'il ne puisse pour autant combattre cette fragilité que seul le temps semblait pouvoir guérir. Pourquoi était-il ainsi ? Pourquoi une telle faiblesse ? Son réveil avait-il été prématuré ? Pourtant, cela faisait plus d'une décennie.

Lentement, il vint poser la paume de sa main sur le sable chaud, à hauteur de son visage. Il fit de même avec la seconde main, et se redressa doucement, à quatre pattes, puis à genoux sur le sol. Il prit le soin d'épousseter rapidement sa veste et balaya les alentours de son regard céruléen avant de s'asseoir, une jambe étendue devant lui et l'autre ramenée vers lui, sur laquelle il posa machinalement son avant-bras. Et pendant un instant, il se perdit dans la contemplation de ce coucher de soleil qui donnait au ciel sa couleur vermeille. Son reflet donnait à l'étendue marine un aspect irréel, envoûtant. Si la contemplation des étoiles filantes était l'une des choses que le jeune homme affectionnait le plus, le spectacle que lui offrait à présent la nature en cet endroit était tout aussi envoûtant. Mais ce spectacle eut aussitôt fait de rappeler à lui des souvenirs bienheureux, à présent teintés d'amertume. Sa main vint chercher le Wayfinder dont il ne se séparait jamais, et son regard azuré vint se poser sur l'objet plein de signification.

La beauté de ce coucher de soleil qu'il admirait seul ne faisait qu'accentuer l'absence douloureuse de ceux qui étaient chers à son cœur. Un profond soupir franchit ses lèvres, puis il releva les yeux, posant de nouveau son regard sur le crépuscule avec une détermination renouvelée. Il ne serait pas seul à voir ce spectacle. Il fallait qu'il le leur montre. Aqua le verrait. Et Terra aussi.

Il tourna la tête vers la ville, la curiosité illuminant son regard. Ce monde recelait-il encore d'autres merveilles ?
Revenir en haut Aller en bas
Vivi Orunitia♠ Messages : 26
♠ Présence : Rare
♦ Monde actuel : In Twilight Town.
♦ Objectif actuel : Well . . .
♦ Humeur : Uhm . . . I'm fine.
♦ Munny : 108

TU SAIS QUI JE SUIS ?
♣ Pureté du cœur:
100/100  (100/100)
♣ Inventaire:
avatar
Black mage
MessageSujet: Re: Once again... | Vivi   Sam 13 Oct 2012, 3:36 pm

Once Again,
I Find Myself Wishing to the Sky

-

Quand on s’attardait sur son cas, qu’on comparait Twilight Town à d’autres métropoles, grandes villes grouillantes de vie et bouillantes d’activités, on avait vite fait d’en arriver à la conclusion que cette première n’avait rien de bien spectaculaire. Pas particulièrement grande, ni vivante, toujours relativement calme, sauf lors des tournois Struggle qui se donnaient dans le Sandlot , et continuellement enveloppée dans un lourd velours orangé. Tout semblait se fondre dans la masse de sorte à ce qu’on remarquait immédiatement les anomalies, ce qui n’occupait préalablement pas de place dans la ville, ou plutôt, ce qui n’y possédait tout simplement pas sa place. Quoique cette facilité à remarquer tout ce qui clochait était peut-être due à Seifer et son engouement pour la sécurité, seul, Vivi n’aurait pas vraiment su différencier le normal de l’anormal. Encore parfois, tout lui paraissait alien, trop compressé, trop simple. Une parcelle d’existence enfermée dans un minuscule globe de verre s’égarant dans des journées répétitives et dont on se lassait rapidement. Du moins lorsqu’on s’était habitué à voyager à travers le monde, à travers des mondes ─Terra et sa désolation lui brûlerait toujours les rétines─, à travers Oeilvert et ses litanies, la redondance relaxante de Twilight Town en devenait presque stressante. Toujours à regarder au-dessus de son épaule dans l’attente inquiète du prochain affrontement, toujours en train de guetter le prochain soubresaut d’existence qui propulserait dans une épopée nouvelle. Toujours en train de se tortiller en proie à la peur.

Et lui qui croyait qu’il saurait vite s’habituer à l’inertie. Il n’avait pas eu de mal à s’y adapter, il y avait de cela trop longtemps, dans le Village des Black Mages, alors qu’il s’échinait à éduquer, accompagné des Moogles, les mages restants, ainsi que ses fils et les Genomes rescapés de Terra. Les moues curieuses qui ne pigeaient rien au fonctionnement de Gaïa, s’interrogeant sur le frétillement de leurs veines sous leur peau, s’étonnant de la naissance poisseuse des nouveau-nés chocobos. Si différente de leurs mises au monde personnelles. Leur enseigner toute l’histoire et les connaissances qu’il avait apprises au cours de sa cohabitation avec Quan et des ses voyages autour du globe aux cotés de Zidane et du reste de la bande prouvait être enrichissant, lui permettait de s’évaluer et de grandir. Le sentiment d’avoir réussi, la gratification et le soulagement.

Tout cela lui manquait . . . ce bourdonnement sensationnel d’activité découlant des aventures vécues auprès de tous ses visages différents, aux courbes et formes changeantes, qui resteraient à jamais gravés dans sa mémoire qui vieillissait de jour en jour. Et qui, malgré sa jeunesse certaine, s’avérait plus ancienne que n’importe quelle autre cognition ayant appartenue à un représentant de son espèce, une créature créée par la sombre Mist. À l’exception de ses fils, tous les Black Mage avaient été construit dans l’optique de devenir une machine à tuer entre les paumes de dirigeants mégalomane croupissant eux-mêmes entre les doigts arachnéens d’un Ancêtre désespéré qui souhaitait donner un nouveau souffle de vie à sa planète. Il avait connu une fin subite, le bougre, balayé d’un trait par la Trance destructrice et empoisonné d’horreur de Kuja.

Si lointain. Si différent de cet endroit de crépuscule éternel.

Vivi trottinait posément entre les rangées compactes de dalles sablonneuses, déambulant dans les rues de sa démarche dandinante. Seifer l’avait relâché pour la journée, après un bon nombre d’heures passée à arpenter la ville de manière insipide (s’étant égaré, telle la coutume l’obligeait dans une altercation bruyante avec Hayner et les membres de sa petite bande) s’assurant que nul ne troublait l’ordre et la paix de sa jolie métropole chérie. Vivi admirait son sens de l’ordre et sa motivation sans limites, déplorant tout de même son comportement à l’égard de certains habitants. Seifer lui rappelait, plus souvent qu’autrement, le commencement tout simple de sa grande aventure, la chaîne d’événements incroyables qui l’avaient amené à se faire poursuivre jusque sur l’Airship de dramaturgie de Lindblum, fichant une fin disloquée à la pièce de théâtre annuellement présentée à Alexandria. « I want to be your canary » n’avait jamais été aussi littéralement enflammée. Bien qu’effrayant à l’époque, le souvenir lui arrachait maintenant un sourire nostalgique que nu l ne pouvait discerner par la faute des ombres permanentes qui couvrait le son visage. Glace au sel de mer entre ses paumes gantées, martelant de petit coup de bottes la rue à chacun de ses pas, visant à trouver un endroit tranquille où Seifer et le reste du groupe ne le dénicherait pas ( il lui arrivait souvent d’avoir besoin de se retrouver avec lui-même ; pour réfléchir, pour contempler, cela n’avait pas changé et ne changerait jamais. ), il se perdait doucement au sein de ses pensées.

Sa longue promenade sans destination précise le mena dans les sables mous de la plage, la chaleur pénétrant le cuir de ses bottes presque instantanément, prodiguant un réconfort tout simple à l’idée d’un changement dans la consistance du sol. Un changement. De là où il se tenait, on voyait mieux le ciel et ses contours poignants, plus vibrants que les fresques imaginaires peintes par Michael, un artiste habitant un sous-sol de Lindblum que Vivi en était venu à apprécier après quelques rencontres. De pamplemousse et d’or, accordant à l’horizon toute sa prestance, le couché de soleil sans fin de Twilight Town avait de quoi couper le souffle. Lorsqu’on le voyait pour la première fois. Le jeune mage l’observait avec habitude, semblant presque chercher dans les replis mordoré du ciel, la raison qui l’avait mené à l’existence qu’il vivait présentement. Loin de tout ce qu’il chérissait réellement, loin de tous les accomplissements que ses doigts maladroits avaient accomplis. Bien sûr, Fuu, Rai et Seifer se montraient très intéressants et dans d’autres circonstances, le jeune mage les auraient très certainement côtoyé de son plein, au lieu d’en venir, et la culpabilité le rongeait à cette pensée, à les considérer comme de maigres remplacements pour ceux qu’il avait laissé derrière contre son gré. Il avait énormément pleuré, lors des premières nuits ayant marquées son arrivée, dissimulant son désarroi et jouant à l’amnésique pour se protéger durant la journée. Perdre sa progéniture, perdre le sens de son existence en un éclair . . . Maintenant il s’était fin à l’idée, tant bien que mal, acceptant les faits pour ce qu’ils étaient et tentant d’en extirper le meilleur parti. Il ne servait à rien de s’appitoyer sur lui-même. Don’t be sad, Vivi ! Keep going forward ! Il n’utilisait la magie qu’en cachette, se pratiquant régulièrement de sorte à ne perdre aucun affinité, mais préférant dissimuler ses capacités aux autres de peur que Seifer en vienne à le considérer comme un danger et le chasse.

Égaré dans la contemplation mentale que lui inspiraient le ciel et ses stries aux teintes chaudes, Vivi tarda à remarquer la silhouette méconnue assise en retrait dans le sable. Il ressemblait beaucoup à l’un des deux garçons qu’on pouvait parfois apercevoir en haut de l’horloge, mèches blondes hérissés avec un style particulier, bien qu’il ne portait pas les même vêtements entièrement noirs que l’autre affichait constamment. S’agissait-il du même personnage ? Il avait du mal à le discerner de là où il se tenait. Tentant de ne pas trop se faire remarquer, après tout il ne tenait pas à déranger l’autre, il s’approcha posément, oubliant sa glace qui commençait à fondre légèrement sur son gant. Un pied devant l’autre, nerveusement. Il comptait essayer de le contourner par derrière, sans caché le soleil doré à sa vision.

Échec lamentable.

Dans un élan de maladresse caractéristique, Vivi se retrouva face contre sable, sans grand chahut vu la consistance molle du sol, mais se retrouvant tout de même la bouche pleine de sable, trop habitué à ce genre de situation pour s’en embrasser. Par contre il s’en voulait d’avoir dérangé le jeune homme installé seul sur la place à cause de ses manières gauches. Il se releva sur ses genoux, ajustant son chapeau ( le second, celui que le trio qu’il côtoyait lui avait fabriqué car, apparemment l’autre modèle paraissait trop vieillot. Il trainait présentement, religieusement, dans sa chambre. ) et balbutiant quelques excuses déconfites.


« Umm . . . I’m really sorry to have bothered you, Mister . . . »
- Umm . . . Je suis vraiment désolé de vous avoir déranger, Monsieur . . .

Se secouant de sorte à débarrasser des grains de sables accroché à ses vêtements, il releva la tête, regard luminescent rencontrant le visage de l’autre jeune homme, constante un visage enfantin et des iris azurs. Le même garçon que celui de l’horloge géante. Puis, il cligna des yeux, constatant avec un effroi comique la glace au sel de mer qui avait atterrie sur la jambe allongée de l’inconnu.

« O-oh no ! I’m so-sorry . . . ! »
- O-oh non ! Je suis dé-désolé . . . !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://realm-of-darkness.forumactif.biz/t238-vivi-orunitia
Invitéavatar
Invité
MessageSujet: Re: Once again... | Vivi   Ven 02 Nov 2012, 7:04 am

Il ne l'entendit pas arriver. De nouveau perdu dans la contemplation de l'infinité de nuances d'orange que lui présentait le crépuscule de ce monde, Ventus y cherchait un réconfort, ainsi qu'une sorte de témoin de ses résolutions. Des résolutions qui, sous leur apparence nouvelles, n'étaient en réalité que la reprise de ce qu'il avait souhaité une décennie auparavant, sous ce ciel commun à tous les mondes de ce monde. Par le passé, il avait déjà fait ce vœu : celui de restaurer une amitié devenue bien trop distante. Et au final... ils s'étaient retrouvés, ensemble, mais dans des circonstances bien trop particulières pour qu'ils savourent enfin leur réunion. Comment auraient-ils pu, alors que planait sur eux l'ombre menaçante de Xehanort, dont les machinations avaient abouti à une séparation plus cruelle encore ? Mais quand bien même le vœu du jeune Porteur de la Keyblade se révélait être identique à celui d'autrefois, il n'en était qu'encore plus résolu à le voir s'accomplir. C'était dans cette myriade de couleurs douces et chatoyantes que lui offrit le crépuscule qu'il se voulait tirer la force de concrétiser son souhait. Par une promesse qu'il se faisait à lui-même, alors qu'une fois de plus, ses doigts se refermaient doucement sur son Wayfinder. C'est lorsqu'il entreprit de ranger celui-ci dans sa poche qu'il perçut le bruit étouffé de la chute d'un corps sur le sol sablonneux. Et surtout, la brusque fraîcheur que lui apporta un objet volant non identifié – OVNI pour les intimes – atterrissant sur sa jambe droite, lui arrachant une exclamation involontaire :

« Waw ! »

Son regard céruléen hésita un centième de seconde entre l'OVNI et l'origine de l'OVNI avant de se poser sur un individu pour le moins étrange, étalé de tout son long sur le sol de sable chaud, un peu comme il l'avait été quelques minutes auparavant – mais probablement pas par le même mécanisme. De prime abord, ce que l'on remarquait chez ce petit être étrange qui se remettait de sa maladresse était le chapeau dont la pointe tombait en arrière, au gré de la pesanteur, couronnant un faciès encore plus particulier : deux yeux jaunes perdus dans une obscurité coincée entre chapeau et col de manteau. Un bref instant, ces deux points jaunes cernés par l'obscurité rappelèrent à lui le souvenir de créatures informes ne demandant qu'à se jeter sur lui sur simple ordre de son ancien Maître. Qui se dissipa bien vite. C'était un petit être maladroit qu'il avait sous les yeux, et non pas une créature dénuée de cœur qui aurait soi dit en passant profité de sa contemplation pour se jeter sur lui. Or, la seule chose qui s'était jetée sur lui... était un OVNI froid qui commençait d'ailleurs à joyeusement fondre sur sa jambe, imbibant peu à peu le tissu de son pantalon.

Y reportant son regard bleuté, le blondinet identifia sans mal ce qui était une glace qui avait dû profiter de la maladresse du petit être pour fuguer vers d'autres horizons – quand bien même les autres horizons s'en seraient bien passé, même si le jeune homme ne s'en offusquait pas outre mesure. Du pouce et de l'index, il vint précautionneusement saisir le bâtonnet de l'envahisseur pour mettre un peu de distance entre lui et sa victime de pantalon, tandis que son regard cherchait le propriétaire de la glace fugueuse, en réalité plus soucieux de l'état de celui-ci que celui de son pantalon.

Le petit individu était parvenu à se remettre sur pieds et à s'épousseter un peu entre temps, tout en lui adressant ses excuses. En vérité, le jeune Porteur de la Keyblade se serait volontiers précipité vers lui pour l'aider, mais à peine avait-il envisagé l'effort que celui-ci se révélait encore trop conséquent pour que la spontanéité naturelle de Ventus l'emporte sur le reste – y compris une glace fugueuse. Quant au dérangement qu'occasionnait le petit être... Non, en réalité, il n'y avait même pas dérangement. Quand bien même la chute avait tiré le blondinet de sa rêverie, celui-ci n'en éprouvait aucune rancune à l'égard du responsable. Pas plus qu'il ne le blâmait pour la glace qui avait choisi d'exécuter la meilleure réception de sa pauvre vie de glace sur la jambe du jeune homme. Après tout, il ne pouvait pas passer l'entièreté de sa vie la tête dans les nuages, quand bien même sa condition actuelle lui interdisait un grand nombre d'activité. Mais pas celle de faire connaissance avec l'un des individus les plus singuliers qu'il n'ait jamais rencontrés. Aussi balaya-t-il les excuses du pauvre petit être confus par quelques paroles amicales :


«  Don't worry about that. You alright ? »
T'inquiète pas pour ça. Tu vas bien ?

Bien plus que sa propre contemplation du soleil couchant, il était plus inquiet à propos de l'état du petit être, même si il semblait pas s'être blessé lors de sa chute, qui avait été après tout amortie, tout comme la sienne, par le sable chaud. De même l'accident glacial n'avait, aux yeux de Ven, qu'une importance très mineure. Le blondinet, qui tenait toujours entre ses doigts le bâtonnet, le leva à hauteur de ses yeux pour l'examiner brièvement avant de la tendre à son possesseur au chapeau pointu avec engouement :

«  Here ! I hope you don't mind the travel... »
Tiens ! J'espère que son voyage ne te dérange pas...

… dans le cas échéant il l'aurait bien mangée, mais piquer les glaces des gens ne faisait absolument pas partie des passe-temps de Ven. La dernière glace qu'il avait eue en mains, il l'avait gagnée de lui-même. En vérité, il ne s'était pas vraiment attendu à gagner le Million Dream Festival à Disneytown, mais il en avait tout de même résulté la création d'un parfum de glace rien que pour lui... une décennie plus tôt. Toutes ses expériences remontaient à une décennie, ce qui avait de quoi être légèrement déprimant, mais il comptait bien y remédier. Et comme l'une des choses qu'il appréciait par-dessus tout était de se faire de nouveaux amis, pourquoi ne pas commencer par essayer de connaître un peu plus le petit être étrange qui lui faisait face ? Avec une spontanéité et une insouciance qui lui étaient tout à fait propres, le jeune Porteur de la Keyblade n'hésita donc pas un instant à mettre les pieds dans le plat :

«  So, do you live here ? What's your name ? Mine's Ventus, but you can call me Ven. »
Alors, tu vis ici ? C'est quoi ton nom ? Moi c'est Ventus, mais tu peux m'appeler Ven.
Revenir en haut Aller en bas
Vivi Orunitia♠ Messages : 26
♠ Présence : Rare
♦ Monde actuel : In Twilight Town.
♦ Objectif actuel : Well . . .
♦ Humeur : Uhm . . . I'm fine.
♦ Munny : 108

TU SAIS QUI JE SUIS ?
♣ Pureté du cœur:
100/100  (100/100)
♣ Inventaire:
avatar
Black mage
MessageSujet: Re: Once again... | Vivi   Mar 02 Avr 2013, 8:24 pm

To Once Again See the Roses of May


Il ne pouvait détacher son regard de la glace qui laissait une traînée turquoise claire s’étendre sur la jambe de l’inconnu qu’il venait d’importunité, inerte, figé, presqu’inconscient du regard contemplatif avec lequel sa pauvre victime le détaillait. Des lèvres noyées dans un océan de brume noir se pincèrent dans une moue à la fois désolée et inquiète que nul ne pouvait observer et Vivi tenta de balbutier des excuses supplémentaires pour justifier l’accident que sa maladresse avait provoqué. Il se revoyait au bord du gouffre de l’arbre Iifa, s’empêtrant dans ses larges vêtements, alors qu’ils tentaient tous de fuir avant que l’esprit ancestral ne les attaque, il se rappelait de la voix stridente d’Eiko qui lui sommait de se relever, de se dépêcher. Il tordit ses mains, l’une dans l’autre de manière nerveuse et releva enfin son regard vers le blond qui lui paraissait affreusement familier. Pourtant l’autre ne semblait pas le reconnaître et Vivi se connaissait une apparence suffisamment singulière pour qu’on ne l’oublie pas facilement. ( Les flammes de Cleyra, les hurlements des villageois, Atomos s’ouvrant sur Lindblum, la rudesse des gardes. ) Il se pencherait sur cette idée plus tard, sur l’identité du jeune blond, pour l’instant, il se devait de trouver une manière passive de s’éviter les possibles foudres de l’autre garçon. Comme ça, installé calmement dans le sable de la plage, il ne paraissait pas particulièrement dangereux ou violent, mais Vivi avait appris à coup de douleur que la méfiance valait mieux dans certaines situations et que les apparences s’embaumaient toujours de plus grandes déceptions que ce que l’on désirait croire. Kuja voilé de soie et de douceur avait presque mené Alexandria à sa perte. Le plus gentil visage pourrait se révéler votre pire ennemi et c’est, toujours balbutiant au-dessus de ses mains en pleine torsion stressé que Vivi s’échafauda un plan de secours. Toujours avoir un plan de secours, penser plus rapidement que celui nous faisant face, Zidane et Freya n’étaient plus là pour lui dicter le meilleur chemin à suivre et élever ses propres enfants l’avait rendu plus alerte au fil des mois. Entre la quasi-destruction totale de deux mondes, dont l’un en guerre et l’apprentissage de l’art d’être parent à l’âge de 9 ans, les nerfs du jeune mage sautaient au moindre rebondissement, aussi lambda soit-il. Il était parfaitement conscient que rien n’arrivait jamais dans Twilight Town et redoutait le jour où une boule de feu jaillirait hors de ses paumes gantées lorsqu’on le surprendrait un peu trop vivement. C’était la peur, c’était le courage, c’était l’adrénaline qui coulait dans ses veines.

Du bout des doigts, l’inconnu tenait maintenant sa glace au sel de mer qui s’égosillait toujours à fondre posément, déposant ses composantes sur toutes les surfaces assez malchanceuses pour croiser son chemin, en l’occurrence, l’épiderme du garçon déjà peu chanceux de l’avoir vu atterrir sur son pantalon. Pourtant, après observation, malgré sa réserve à s’en persuader, Vivi devait convenir qu’il ne semblait pas vraiment s’en formaliser, sentiment qui fut confirmé lorsqu’une voix sympathique lui demanda s’il allait bien.

Oui, c’est vrai, il était tombé, n’est-ce pas ? Il ne s’était pas vraiment attardé sur sa chute, trop habitué à subir les foudres de son corps à la dextérité douteuse. Perdre pied était un aspect redondant de la vie du jeune mage qui pourtant, dans certaines situations, faisait preuve d’une habileté étonnante. Pas que quiconque dans Twilight Town n’ait pu en être témoin . . .
Son visage se noya d’ombres l’instant d’un clignement de yeux inédit et il répondit, toujours mal à l’aise et incertain :


« Umm. . . Yes, I’m fine. »
- Umm. . . Oui, je vais bien.

Il voulut s’assurer que l’atterrissage de la glace n’était vraiment pas un problème pour le blond, mais décida de ne pas insister et de s’en remettre aux dires de son interlocuteur. Après tout, s’il le disait, cela signifiait que la situation n’importunait personne et que, par conséquent, il n’y avait pas lieu de s’énerver, ni de s’inquiéter. Vivi interrompit son mouvement de paume au profit de son chapeau qu’il ajusta bien que ce ne fut pas nécessaire. L’autre occupant de la plage lui tendit le bâtonnet soutenant le désert glacé dans l’espoir que le vol intempestif de l’aliment ne cause pas sa perte. Le garçon de brouillard le saisi d’un gant.

« I don’t mind it . . . Thanks. »
- Ça ne me dérange pas . . . Merci.

Après tout, il avait consommé des aliments ayant touché des endroits bien plus poisseux qu’un bout de tissu connecté à une jambe durant ses aventures. Conde Petite, cité poussiéreuse, n’avait pas brillé de son hygiène de vie et la caverne dans laquelle il avait grandit avec Quan non plus, d’ailleurs. Aussi longtemps que l’aliment prouvait être encore mangeable, Vivi le considérerait comme tel.

Le blondinet, d’un tempérament que le jeune mage s’octroyait de plus en plus la possibilité de définir comme ‘gentil’, s’extirpa de son anonymat et se présenta sous le nom de Ventus. Une appellation plutôt unique que Vivi n’espérait avoir aucun mal à retenir. L’interrogation qu’il adressait au mage noir, toutefois, vînt confirmer le fait qu’il n’était pas originaire de Twilight Town et que Seifer allait foutre la pagaille lorsqu’il s’en rendrait compte. M’enfin, pour le moment, Seifer s’affairait ailleurs et Vivi pouvait très bien profiter du discussion tranquille avec l’un des quelques rebondissements de la ville. Ils étaient si rares, malgré l’apparition récente des deux individus qui avaient élus domiciles dans le Vieux Manoir.


« It’s nice to meet you Ven, my name’s Vivi. Um, and I guess I’m living around here. . . Are you new ? »
- Ravi de te rencontrer Ven, mon nom est Vivi. Um, et je suppose que j'habite dans le coin. . . Es-tu nouveau ?

Il supposait, car bien qu’il possède un toit à l’intérieur des murs de la conurbation du crépuscule, il n’arrivait pas à se détacher de son village, s’efforçant tout de même de ne pas s’égarer dans des élans de nostalgie et de tristesse trop intenses. La voix lui avait dit que ceci était un nouveau commencement pour lui, qu’il fallait laisser son ancienne vie derrière . . . Ses enfants, Mikoto, Eiko . . .

Soit. Ses prunelles d’ambre lumineuse contemplèrent la silhouette de Ventus et, encore une fois, Vivi ne put s’empêcher de lui voir une étrange ressemblance avec l’autre adolescent qu’on pouvait parfois apercevoir en haut de l’horloge. Toutefois, s’il avait s’agit du même garçon, celui-ci aurait sans doute reconnu Vivi. L’enfant de brouillard, création prototype de Kuja, se risqua donc à poser une toute petite question, aux intonations innocentes sans se douter que cette dernière pourrait paraître étrange.


« Do you . . . Um, maybe, have a brother that lives here ? »
- As-tu . . . Um, peut-être, un frère qui habite ici ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://realm-of-darkness.forumactif.biz/t238-vivi-orunitia
Invitéavatar
Invité
MessageSujet: Re: Once again... | Vivi   Ven 15 Aoû 2014, 11:41 am

Deux prunelles ambrées perdues dans un gouffre de ténèbres. Cela aurait pu être inquiétant en d'autres circonstances, si la maladresse de l'être étrange ne l'avait pas dénué de tout caractère menaçant à l'égard de qui que ce soit. En réalité, le bonhomme au chapeau pointu paraissait faire partie de ces êtres sur lesquels le monde s'acharne par une accumulation de petits malheurs et petites maladresses. En somme, de quoi attirer la sympathie d'un jeune fugueur prêt à deviser le plus innocemment du monde avec un habitant d'un monde qui n'était pas le sien – ce ne serait pas la première fois. Le sourire amical du blondinet s'élargit de ce fait lorsque son interlocuteur lui assura qu'il allait bien, malgré le malaise dont il semblait être l'objet. De la timidité ? Peu importait, le jeune Porteur de la Keyblade n'était guère du genre à être rebuté par la réserve des autres. Et la vainquait généralement par sa propre spontanéité. Après tout, ce n'était pas pour rien qu'il avait su créer toutes sortes d'amitié au cours de ses pérégrinations une décennie plus tôt. Une pensée qui n'aurait pas manqué d'amener son lot d'amertume s'il n'avait pas eu à se préoccuper de son interlocuteur, vis-à-vis duquel sa curiosité se faisait grandissante – c'était là le premier inconnu qu'il rencontrait depuis son réveil.

Sa main libérant sans la moindre contrariété le bâtonnet de glace – et ce malgré l'envie secrète de goûter à cette sucrerie d'apparence simple mais délicieuse – le blondinet ne remarqua que distraitement les gouttes qui avaient coulé sur sa main, son regard pétillant de curiosité rivé sur le visage dissimulé de ce petit être répondant au nom de Vivi – un nom, s'il était original, qui était au moins simple à retenir. Dont les accents d'incertitude auraient pu susciter quelques interrogations chez le Porteur de la Keyblade s'il n'avait soudainement pas eu à se préoccuper de ce qu'il pouvait divulguer au sujet de la Tour Mystérieuse. Une dizaine d'années plus tôt, la demeure du vieux Maître Yen Sid s'était trouvée perdue sur un îlot au milieu des Lanes Between, sans la moindre attache. A présent, elle faisait partie d'un monde bien plus vaste, au crépuscule chatoyant, mais que représentait-elle aux yeux de ses habitants ? Déjà qu'il avait fugué de cette dernière sans avertir Yen Sid, il ne voulait pas attiser davantage la fureur du vieux Maître en commettant un impair vis-à-vis des habitants de ce monde... Aussi demeura-t-il le plus vague possible :


« Yep. I've arrived... a few days ago. »
Ouaip. J'suis arrivé... il y a quelques jours.

Ce qui, en soi, était loin d'être un mensonge. Cela faisait à peine quelques jours qu'Aqua l'avait abandonné auprès de Yen Sid, arpentant à nouveau les mondes à la recherche de Terra tout en laissant son plus jeune ami en sécurité. Ce qui ne manquait pas d'attiser la frustration du blondinet, qui préféra chasser la considération de son esprit avant qu'elle ne prenne à nouveau trop d'ampleur. Il avait déjà eu bien trop de temps pour ruminer les jours précédents, alors que sa faiblesse ne lui avait guère permis de descendre les escaliers de la tour du vieux Maître.

« A brother ? »
Un frère ?

Surpris par la question du petit être aux prunelles ambrées, le jeune leva un regard interrogateur vers ce dernier. Avant de plonger, brièvement, dans les affres de sa mémoire, s'affligeant une fois de plus de ce qu'avait été une partie de son existence. S'il avait eu une famille, il ne s'en rappelait guère. Ses premiers souvenirs étaient déjà ceux de son premier Maître, Xehanort, qui l'avait pris sous son aile en vue de faire de lui un Porteur de la Keyblade gouverné par des Ténèbres qu'il n'avait jamais su accepter.

« Mmm... I don't think so. Why ? »
Mmm... Je crois pas. Pourquoi ?

Le regard troublé du blondinet se porta sur l'horizon, surplombé par un soleil couchant qui n'avait guère bougé d'un poil depuis son arrivée. Avait-il un frère ? Au fond, il ignorait la réponse à cette question, même s'il doutait réellement que ce soit le cas. Le seul frère qu'il ait eu était celui qu'il avait voulu protéger en se sacrifiant pour détruire la x-blade. Terra. Distraitement, il porta ses doigts à ses lèvres, léchant la glace fondue qui avait séché sur son épiderme.

« Wha- !? It's... salted ? »
Qu- !? C'est... salé ?

Son regard céruléen, pétillant d'un intérêt nouveau, se darda sur la glace d'un bleu azur, revenue entre les mains de son propriétaire légitime. Ses papilles lui jouaient-elles un tour, à l'instar de ses muscles déconditionnés par un sommeil d'une décennie ? A moins que l'odeur salée de la mer, à quelques pas de lui, trompait ses sens ? Voilà que ce mystère devenait soudainement aussi captivant que l'étrange question de Vivi aux yeux de ce qui n'était, après tout, qu'un adolescent d'une quinzaine d'années, dont la curiosité n'avait guère été émoussée par son long sommeil.

« What kind of ice-cream is that ? »
C'est quoi comme glace ?

Au temps pour les questions existentielles.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Once again... | Vivi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Once again... | Vivi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Realm of Darkness | Kingdom Hearts RPG :: Mondes :: Contrées neutres :: Twilight Town :: Plage-