Partagez | 
 

 Le rouge d'une flamme nouvelle | KIMITSU, NEIGE, RENO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invitéavatar
Invité
MessageSujet: Le rouge d'une flamme nouvelle | KIMITSU, NEIGE, RENO   Jeu 01 Mar 2012, 5:27 am

Kimitsu :


Dong Dung Ding...


«You arrived at Twiling Town, last stop of this train, all passengers are asked to get off the train. Make sure you did not forget anything on the train. We hope you had a good trip and we wish a pleasant day. »
(Vous êtes arrivés à Twiling Town, terminus de ce train, tout les voyageurs sont priés de descendre du train. Vérifiez que vous n'avez rien oublié dans le train. Nous espérons que vous avez fait un bon voyage et nous souhaitons une agréable journée.)

Les portes du trains s'ouvrirent laissant paraître le gai de gare... Si vous avez bien écouté la voix mélodieuse et barbante à longueur de journée, le train venait de s'arrêter dans la station centrale de Twiling Town. Les gens qui sortirent les premiers du train, furent bien entendu les personnes pressées , du à un rendez-vous ou autre, à moins ces personnes soient aussi rapides de nature ? D'ailleurs pourquoi courir après le temps ? Car de toute façon il nous rattrape toujours et ce, au moment où l'on s'y attend le moins. Ensuite ce fut le tours des personnes qui prennent le train par habitude tout les matins, pour aller la plupart du temps travailler.Ceux là pouvaient même lire le journal en marchant sans se prendre les poteaux, ou se prendre les pieds dans les passages à niveaux ; presque des pro. Ils étaient suivis de tous les gens venant pour x raisons. Et les derniers qui quittèrent le train et regardèrent dans tout les sens, sont bien entendu, les touristes et les paumés.

Trêves d'observations ! Une jeune femme d'une vingtaine d'années à peine plus, habillée de rouge et d'une tenue légère, descendit entre les gens normaux et les touristes. La femme aux cheveux marrons reflet cerise, n'était pas venue ici pour faire du tourisme et n'avait pas de rendez-vous pressant. Mais c'était bien la première fois qu'elle venait ici, dans ce monde. Le soleil venait de ce lever depuis quelques minutes, éclairant la ville d'un halo orangé, qui tirait vers le jaune. Une lumière douce pour accompagner le réveil des habitants sans brutalité. Les rayons de ce soleil chaleureux de ce matin, traversèrent les vitres de la gare, la rendant vraiment jolie à regarder. Alors la magicienne s'arrêta un peu plus loin du train, observant la couleur ocre donnant à ce bâtiment un éclat paisible ; les murs de briques plutôt beige étaient teintés d'orange, les railles grises métalliques étaient à présent grises halé d'un jaune pâle, etc... Kimitsu soupira, ce geste traduisait son bien être du matin du aux rayons de ce soleil levant qui apportait un peu de douceur dans sa vie.

Après quelques minutes elle décida qu'il était temps de bouger, elle n'était pas là pour profiter de la vie ou faire comme les touristes. Oui la femme aux yeux cerises avait une chose importante à faire ici. Et de plus cela faisait depuis un certain temps qu'elle n'appréciait plus rien, qu'elle ne ressentait pas la même nostalgie qui l'animait quand elle regardait le soleil ce lever dans son monde disparu, avec l'homme de sa vie qui n'est plus... Certes elle éprouve encore des sentiments de haine et de joie, mais pas aussi intenses qu'avant, comme si la vie la lassait quelque part. Elle se dirigea vers la sortie marchant d'un pas ni rapide ni lent, regardant autour d'elle pour observer ce monde où elle n'avait mis les pieds auparavant. Découvrant qu'ici la gare et les trains n'étaient pas si différents que dans son monde, même la voix de la femme dans les wagons pour signaler les arrêts et compagnie était présente, mais Kimitsu s'en serait bien passé, parce que cette voix était assez énervante.

Elle poussa une des portes vitrées du hall de la gare pour se retrouver à l'extérieur. La jeune femme plissa un peu les yeux ne s'attendant pas à ce que le soleil soit juste en face d'elle. Une fois habituée à cette lumière, elle ouvrit ses yeux normalement laissant ses pupilles rougeâtres allaient de droite à gauche observant la place devant elle. Plutôt grande sans rien, ni marchands dessus : une place simple faite de dalles de pierre, qui se terminait devant elle par un petit muret de même pas un mètre. Ensuite c'était une falaise qui s'en suivit semblait-il, laissant voir la beauté du paysage devant soit. Kimitsu eu un sourire ; c'était tout simplement magnifique. Elle ne put laisser quelques mots :


« It's really beautiful, I admit. Raito look, you like too?”
(C'est vraiment beau, je l'avoue. Regard Raito, tu aimes aussi?)

Oui la magicienne s'adressait souvent à Raito, et d'ailleurs il ne lui mettait pas de vent au sens figuré... Justement à cette phrase, une petite brise se leva faisait tournoyer les cheveux courts de Kimitsu et s'en alla vers l'horizon. La jeune femme émit un sourire sincère. Bon ce n'était pas tout, mais les voyages ça creuse et ça donne surtout soif à la magicienne qui se pencha légèrement sur le côté droit pour fouiller dans son sac à bandoulière marron de la même couleur que ses bottes. Et là elle sortit une canette. Les yeux de Kimitsu se mirent à briller; car ce n'était pas une canette de n'importe quoi! Dedans il y avait le liquide revivifiant de Kimitsu: de la bière! Elle ouvrit la canette dans un petit bruit : « Pschttt ». Elle but quelques gorgées et ce senti d'attaque pour la journée...

Une journée pas comme les autres, d'ailleurs aucunes journées ne se ressemblent réellement, chacune apporte un petit plus ou moins par rapport aux précédentes. Bon comment allait-elle trouver ce qu'elle cherchait dans cette grande ville qui semblait renfermer plein de surprises et de lieux ? En plus elle ne savait pas à quoi ressemblait ce qu'elle devait trouver. Kimitsu eu une mine d'une personne blasée en intense réflexion sur le comment résoudre le problème qui se présentait à elle. Ça n'allait pas être de la tarte. Tout en étant dans ses pensées et ses réflexions elle avança vers le muret. Où après avoir observé ce paysage à couper le souffle, Kimitsu se retourna et remarqua ce clocher assez impressionnant en taille, et plutôt joli. Elle ne put s'empêcher de dire :


« We must have a good view from up there.  »
(On doit avoir une belle vue de là-haut.)

Toujours canette à la main, Kimitsu se demanda vraiment comment elle allait trouver le lieu ou une personne de l'Alliance de Zéphyr. Bon, elle posa ses doigts de la main gauche contre le front, comme si la réflexion intense dans laquelle elle était lui donnait un mal de crâne tout aussi intense. Elle essayait de se souvenir du peu d'informations qu'elle avait sur ce groupe et qu'elle avait récolté à la ville de Traverse. Une chose lui revint en mémoire ; une personne avait rit à cette remarque... Elle avait dit que si Kimitsu allait les rejoindre, elle serait sûrement plus que la bienvenue vu qu'elle avait aussi dans son physique une chose de rouge ! La jeune femme comprit maintenant le sens ; certains membres devaient avoir les cheveux, les yeux, la peau, les ongles ?, la barbe, le nez ?, etc... rouges. Haha... Facile si c'était des cheveux rouges, mais si c'était quelques choses de plus discret à voir, Kimitsu n'allait pas fixé tout les gens, les dévisageant pour voir s'ils font partis ou non de l'Alliance de Zéphyr ! Bref... De toute façon on lui avait dit aussi qu'il était peu de membre, alors peut-être que ces membres s'étaient renseignés sur la magicienne et qu'ils allaient venir d'eux même à sa rencontre.

Des enfants coururent sur la place ce menaçant tout en jouant avec une sorte de batte bleue qui ressemblait aussi à une épée. La jeunesse... C'était une petite chose parmi tant d'autre qui manquait à Kimitsu. Mais elle voulait justement que chaque personnes profitent de ce temps où l'on découvre la vie, l'aventure, l'amitié... Pour cela qu'elle ce bat, qu'elle a rejoins ce groupe qui veut l'égalité entre tous, l'arrêt des guerres, des mondes unis et paisibles. Où sa haine pourrait enfin se calmer et s'éteindre. Un monde où personne ne sera envieux envers les autres... Des mondes parfaits et idéaux ? C'est quasi de l'impossible, car il y a trop de différences entre chaque personnes. Kimitsu le savait, mais alors pourquoi elle a choisi quand même cette voix d'un univers sans guerre ? Simplement car Kaito l'aurait fait! Et qu'il lui aurait répondu que si tout le monde ferrait comme elle en essayant de s'approcher de cette idée parfaite, l'univers s'y rapprocherait beaucoup apportant un réelle bonheur. De plus c'était quand même un beau but de ce dire : « je me bats pour les autres et leurs bonheurs ».

La jeune femme eut un rire léger et but à la suite deux trois gorgées de sa bière fraîche. Aujourd'hui allait être une belle journée ensoleillée teintée de rouge, pas un rouge sang, mais le rouge du feu, des flammes brûlantes en chaque personnes, ces flammes traduisant le désir et le courage de chacun. Kimitsu mis sa main dans son sac et serra avec sa main gauche très fortement l'éventail rouge de son amant. Il n'y a pas une seconde où elle ne pense pas à lui... La voilà posée sur le muret, bière dans une main, l'autre dans son sac, son regard cerise fixant l'horizon et son esprit complètement déconnecté du monde, vagabondant dans ses pensées. Ne se rendant même pas compte à présent de ce qui pouvait ce passer autour d'elle...
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Invité
MessageSujet: Re: Le rouge d'une flamme nouvelle | KIMITSU, NEIGE, RENO   Jeu 22 Mar 2012, 3:16 pm

Reno :








[Hey, j'ai jamais que... deux semaines ? de retard sur ce que je t'avais dit :=D:]


    - Fi… fi…


J’ai soupiré. Une fois de plus.

    - Fidéicommis.
    - Mais… Je… Je ne sais pas…


Ben oui mais c’était pas à moi de te le dire, ma grande. Elle al lâché sa porte et pris la lettre que je venais de lui donner à deux mains. Elle la relu, paniquée, horrifiée, catastrophée par tous ces mots complexes et juridiques qui avaient bercé mon enfance à chaque fois que Dayton parcourait le salon calé dans son fauteuil en proférant des menaces et des mises en gardes pénales. Elle a finalement levé à nouveau les yeux sur moi avec ce visage qui m’implorait de l’aider.

    - Je ne sais pas du tout… Je ne comprends pas de quoi il s’agit…


Et moi, le coursier, j’étais censé le savoir ? Il se trouvait que oui, mais la probabilité était ridiculement infime de tomber sur un mec un minimum au fait parmi les employés d’une société de livraison - à mi temps en plus.

    - Ca veut dire que votre proche décédé vous confie le soin de transmettre ceci - (j’ai désigné le coli) - à l’héritier qu’il a désigné. En court.


Rectification. Là, son visage était horrifié.

    - Mon proche décédé ?!
    - … Ou ptet pas si proche que ça, en fait
    - Mais… Mais je… Comment…


Ce serait pas mal de songer à terminer vos phrases… Elle a gardé le silence. Sur qui j’étais encore tombé ? En général quand quelqu’un meure on le sait assez vite. J’ai fais un pas en arrière et elle a encore plus paniqué.

    - Je vais devoir vous laisser, j’ai d’autre livraisons à faire


Elle a cherché un truc à répondre mais rien ne lui ai venu et j’ai pu descendre les quelques marches qui séparaient sa porte de la rue, rejoignant le véhicule de service et mon fantastique coéquipier. Il était assis au volant, l’expression invariable, renfrogné.

    - T’en a mis, du temps.


Fantastique, je vous disais

    - La destinataire m’a retenu. Limite plus chiante que le mec à la myrmécodomatie miniature.
    - Hein ?
    - Le truc en en verre avec des fourmis qui s’est pété pendant le voyage.
    - Hum.


Il a démarré. Perso j’avais terminé ma journée de boulot alors j’allais rentrer chez moi une fois le badge pointé. Zéphyr, c’était sympa mais bénévole. J’étais plus ou moins obligé de faire un boulot minable à côté - et de me servir dans les coffres qui trainaient ça et là quand je partais en mission.

On a garé le véhicule et enfin on s’est séparé. Ce mec était insupportable, pire qu’une porte de prison. Non, sans déconner. J’ai plié et rangé mon uniforme dans mon casier et suis sorti avec des fringues normales sur le dos. J’avais la fâcheuse manie de m’habiller en noir, un peu pour contrebalancer mes cheveux et un peu parce que j’étais pas sortit de mon deuil. Oui j’y attachais de l’importance. Je suis pas vraiment à cheval sur le code vestimentaire mais se balader en combi jaune poussin c’est vraiment ridicule. Surtout dans une petite ville comme Twilight Town où, quand en plus vous êtes roux bien rouge, pour vous louper il faut être aveugle ou profondément nombriliste. Pas mal de gens me connaissaient ici, je restais facilement en mémoire. Forcément, j’ai envie de dire. Un aussi charismatique beau gosse. Les commerçants, surtout, ceux que j’allais voir régulièrement. L’épicier, le mitron, la vendeuse de glace. Tient, d’ailleurs, il fallait que j’aille la voir. J’ai fais le tour de la place et me suis arrêté devant sa petite boutique, en pleine pente. Une glace à l’eau de mer, ça me disait bien. J’ai fouillé dans la poche de mon jean pour en sortir un bâtonnet « winner » et le lui tendre. En échange elle m’a donné une glace gratuite.

Finalement j’avais pas envie de rentrer tout de suite. Peut-être serait-il appréciable que je passe au QG. Juste histoire de voir, on savait jamais. Il se passait pas grand-chose en général mais mieux valait éviter de sécher juste le jour où on m’attendrait. J’ai fais des détours et des circonvolutions dans la ville avant d’en sortir pour rejoindre un manoir clair et isolé. Il n’y avait rien ni personne par ici. Je suis entré. Cette baraque était ridiculement immense. Il a fallut grimper une petite série de marches, emprunter un couloir, ouvrir une porte, tourner, à nouveau une porte, un couloir - plus court cette fois - encore tourner… J’allais sûrement pas faire très sérieux avec ma glace d’un bleu presque outrancier dans la bouche. Une minute. Personne dans la salle de réunion, bieeeen. Ah… Attendez, si. Une vague silhouette au fond de la pièce, vêtue du manteau blanc règlementaire - que je ne portais presque jamais, juste en arrivant et en repartant pour qu’on me fasse pas de commentaire à propos de ça… sauf aujourd’hui - et parfaitement immobile, comme toujours très sérieuse. Neige, ma boss directe. Quand elle m’a vu, elle a bougé, s’est approchée de moi et m’a confié d’un air assez plat comme il était de coutume que nous allions chercher une invitée. J’étais absolument ravi d’avoir fait tout ce chemin pour ressortir aussi sec, vraiment. J’aurais apprécié à sa juste valeur d’être prévenu avant, mais Zéphyr n’était pas exactement une organisation bien… organisée.

Nous sommes donc ressortis et j’ai eu le droit de ne pas enfiler mon manteau blanc. Neige m’a fait un topo rapide. On cherchait une fille, la vingtaine, brune, avec de magnifiques idéaux - qui d’autre intègrerait une telle organisation, hein ? On se le demande bien… - brune, à priori jolie, aux yeux rouges… Oui parfaitement, une jeune femme atteinte de myxomatose humaine, une chose qui n’existait pas. Nan, bon, je me moque mais j’ai les cheveux rouges alors je sais bien que j’ai rien à dire. Fallait juste se l’avouer, c’était marrant.

On l’a cherché pendant un moment, chacun de son côté. Je suis remonté jusqu’à la gare et c’est là que j’ai vu une fille qui pouvait correspondre à la description. Bieeeen, deux choix : 1) aller chercher la boss ; 2) me débrouiller tout seul comme un grand et vérifier moi-même si c’était la bonne fille, et le cas échéant l’amener à la boss. Oui, dans les deux cas je fouillais une nouvelle fois les ruelles, mais bon. Un jour, on aurait un système de communication plus évolué que le cri à Zephyr. Elle était seule, assise sur le muret de la gare. Elle buvait une… bière ? Bref. Je lui ai lancé un sourire accrocheur


    - Yo ! Bien le bonjour, mademoiselle !


Je me suis approché et me suis assis à côté d’elle avec familiarité, parce que je suis un mec comme ça, et je l’ai regardé. Elle avait les yeux rouges, techniquement je me trompais pas et si c’était le cas, vraiment j’avais pas de bol. C’aurait été pas mal que Neige ai la bonne idée de venir fouiller la gare aussi.

    - Je crois deviner que vous êtes pas d’ici








Revenir en haut Aller en bas
 

Le rouge d'une flamme nouvelle | KIMITSU, NEIGE, RENO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Realm of Darkness | Kingdom Hearts RPG :: Flood :: Les Anciens RP-