Partagez | 
 

 Am I... Alive? | AQUA, VENTUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invitéavatar
Invité
MessageSujet: Am I... Alive? | AQUA, VENTUS   Mer 07 Sep 2011, 7:24 pm

Ventus :

Où suis-je? Pourquoi n'y a-t-il que de l'obscurité autour de moi? Je me sens seul... Je suis seul... Aqua... Terra... Où êtes-vous?

Je dors. Depuis combien de temps me suis-je assoupis? Je ne le sais pas. J'ai l'impression que j'ai fermé les yeux il y a peu de temps. Mais... Je pense. Je réfléchis en cet instant. Alors est-ce que je dors réellement? Je crois que oui. Mon corps dort. Il ne me réponds plus. Il s'est assoupis. Où est-il? Pourtant, je me sens éveillé. Mon esprit est éveillé. Je suis prisonnier. Prisonnier de mon propre corps endormis. Depuis quelque jours déjà. Je flotte. Je chancelle dans le vide qu'est devenu mon corps. Pourquoi est-il vide? Mon enveloppe charnelle est froide. Elle est lugubre, sombre et effrayante. Elle est vide depuis trop longtemps. Mais je suis revenu. Je suis dans mon corps. J'y flotte. Alors pourquoi ne se réveille-t-il pas? Je n'ai plus de contrôle sur lui. Ce n'est qu'un cadavre. Je suis à l'intérieur d'un cadavre inanimé. Prisonnier. Que se passe-t-il? Pourquoi? Je sais, pourtant, pourquoi je suis dans cette état, réduit à un simple esprit depuis près d'un mois. De moins, je sais ce qu'il l'a provoqué. Pourquoi je ne suis pas mort et que la vie me tient contre elle et refuse de me voir la quitter, je l'ignore. Je l'ai provoqué. Je devais le provoqué. Pour Aqua. Pour Terra. Pour nous. J'étais le plus faible, le moins fort. Je le suis encore, plus que jamais je ne l'ai été. Réduit au simple esprit. Mais je pouvais les sauver. Je pouvais faire quelque chose pour les aider, pour leur épargner une mort violente, une mort sanglante. Il en aurait été capable. Est-ce que mon intervention a fonctionné? Mes amis, êtes-vous encore pleins de vie? Êtes-vous heureux sans moi?

Vanitas. Cette partie de moi qui m'a été extirpé. Es-tu aussi cruel que tu le semblais, que tu le prétendais? Pendant un instant, j'ai douté. Comment une partie de moi-même pouvait-elle être ainsi? Plus j'y pense et plus cela m'effraie. Terrifiante était la quantité de ténèbres qu'il y avait en lui. Qu'il y avait en moi. Il vient de moi. Si j'avais été assez fort, plus fort, il ne serait pas né. Si j'avais été fort, tout aurait été différent. Il n'y aurait pas eu tout ce danger que représentait cette étrange keyblade. Nous ne nous serions jamais rencontrer. Aqua. Terra. Pardonnez-moi. J'ignore si mon sacrifice a été utile ou s'il a été vain. Ces limbes sont-elles mon châtiment pour mon échec, pour ma faiblesse? Que ce passe-t-il à l'extérieur? Où est-ce, l'extérieur? Mes amis, où êtes-vous? J'ai besoin de vous. J'ai besoin de vous savoir à mes côtés. Vous êtes ma force. Je n'ai jamais été aussi fort que lorsque j'étais avec vous. J'espère, je rêve, de vous revoir. Je sais que je vous reverrai. Un souvenir, semblable à un rêve embrumé. Une promesse. Aqua... Je suis prêt. Je veux me réveiller. Je veux retrouver la lumière. Je me sens brisé. Je suis brisé, Aqua. Je ne suis plus moi-même. Je veux redevenir le garçon que j'étais. Ici, le temps est long, infini. Dans mon corps, il n'y a ni vent, ni air. Pourtant, je me sens glacé. Le froid de la solitude, de l'incertitude. Je veux savoir. Ai-je réussi? Les ai-je sauvés? Que s'est-il passé? Quelqu'un, répondez-moi. Je dois savoir. Être si longtemps dans un néant sans réponse est insupportable. Je suis exaspéré d'attendre. Aidez-moi. Réveillez-moi. Redonnez-moi la vie. Je veux vivre. Donnez-moi une seconde chance.

******************************************************************************************************

Je crus rêver. Dans mon éternel noirceur, une étincelle apparus. Tout d'abord, une petite lumière, pareille à celle d'une toute petite bougie puis, grandissante comme un feu s'embrasant. Cette lumière donc j'ignorais la provenance me sembla être un ange. Elle m'éclaira, me réchauffa. Le néant de mon corps devint un doux foyer à la chaleur réconfortant. Je me sentis comme chez moi. J'étais chez moi. Je retrouva mon corps d'une façon que je ne pu identifier. Comme si mon esprit prenait peu à peu de l’ampleur dans ce vide jusqu'à atteindre la parfaite taille pour mon corps. Mon esprit enfila mon enveloppe charnelle comme un homme l'aurait fait avec des vêtements. J'étais confus. Après tant de jours dans le noir, dans le néant, dans le froid, je me retrouvais paisiblement dans mon corps. Cette lumière, d'où venait-elle? Cette lumière était ma sauveuse. Venant de nul part, elle était apparu d'un coup, sans aucune raison apparente. Qui venait me sauver? Éclat lumineux si doux et si tendre. J'avais retrouvé mon corps. Je devais reprendre le contrôle. Cependant, il était totalement engourdis. Enchylosés, aucun de mes membres ne voulu bouger comme s'il ne l'avait pas fait depuis des années. Combien de temps avais-je dormis? De toute évidence, plus longtemps que je ne le crus. Mon cerveau envoyait des signaux à mon corps que ni mes bras, ni mes jambes ne recevait. Cependant, je respirais. Je sentais l'air remplir mes poumons. C'était comme si je n'avais pas respirer depuis longtemps. Un feu me brûlait les poumons. Un feu pourtant si agréable. J'étais euphorique. Je revivais.

Pourquoi revivais-je? Pourquoi à cette instant précis? Je ne me posai pas la question très longtemps. Je retrouvai mes sens peu à peu. Et je l'entendis. Une respiration. Quelqu'un soufflait de l'air très près de moi. Qui? La source de la lumière? Oui. Ma lumière à moi. Aqua. Je la sentis. Sa présence était devenu évidente. Son odeur familière m'entourait. J'étais heureux. Elle était vivante. Elle était près de moi. Je devais lui parler. Je devais me réveiller complètement, retrouver le contrôle de mon corps. Aqua. Je suis là! Tu es venu me sauver! De toute mes faibles forces, je tentai de bouger une main. Je n'y parvins pas. Sans doute devais-je laisser le temps à mon esprit de retrouver mon corps. Je devais laisser le temps à la petite parcelle de cœur qui m'était revenu. Je le sentais en moi. Aqua l'avait réveillé. Mon amie! J'ignorais ce qu'elle faisait près de moi. Pourquoi était-elle venu à ce moment-là. Peut-être avais-je simplement été perdu et que, par un hasard, elle venait de me trouver. Je ne le savais pas. J'allais lui demander plus tard. J'avais tant de question dans ma tête. Je voulais tout savoir. Mais pour cela, je devais me réveiller. J'allais y arriver. J'y arrivai lorsque je sentis quelque chose sur ma main. J'ignore si Aqua l'avait touché ou si, simplement, mon corps reprenait conscience, mais je me sentis renaître. Je me sentis maître de mes mouvements. Je tentai d'ouvrir mes yeux agglutinés par des années de sommeil. La chose ne fut pas facile. Lentement, je les décollai. La lumière de la pièce était aveuglante. Il me fallut du temps pour habituer mon regard assez pour identifié ce qu'il y avait devant moi. Aqua. Elle était là, juste devant moi. J'ouvris la bouche mais aucun son n'en sortis. Mes cordes vocales n'avaient pas servis depuis si longtemps qu'elles me semblaient avoir pris rouille. Je me forçai pourtant. Je ne pu prononcer qu'un unique mot, d'une voix rauque que je ne reconnu même pas comme étant la mienne.


- A... Qua...

J'allais devoir reprendre des forces... Au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Aqua♠ Messages : 970
♠ Présence : Tellement élevée que j'suis maintenant dans tes chaussettes... :D
♦ Monde actuel : En fuite.
♦ Objectif actuel : Retrouver Terra.
♦ Humeur : Déterminée.
♦ Munny : 403

TU SAIS QUI JE SUIS ?
♣ Pureté du cœur:
76/100  (76/100)
♣ Inventaire:
avatar
Keyblade master
MessageSujet: Re: Am I... Alive? | AQUA, VENTUS   Ven 09 Sep 2011, 8:06 pm

Tout. Tout déferle sur son passage tel l’éclair. Elle voit les mondes passer, passer encore, défiler devant ses yeux sans qu’elle ne les lève, sans qu’elle n’y porte aucune attention. Elle sait où elle va. Elle sait où elle doit se rendre. C’est tout ce qui importe. Qu’elle se rende. Qu’elle le voit, qu’elle puisse avoir cette certitude qu’il allait toujours bien. C’était comme si son coeur se serrait et compressait sa poitrine, tout ce qu’il pouvait bien rester de son coeur déchu. Il fallait qu’elle le retrouve. Qu’elle le retrouve avant lui, ce fourbe, ce fou. Son visage reste bien encré dans ses yeux d’océan ; cet air qui ne l’avait alors jamais quitté. Ce combat sans merci qui n’avait fait que les précipiter dans une chute. Dans laquelle elle s’était trouvée inconsciente. Dans laquelle elle avait dû se battre. Sans succès. En vain, car tout ce qui les avaient tous attendu n’avait été que sacrifice ; que désolation. Elle avait combattu que pour trouver cette désolation et cette profonde perte au bout de la ligne, au bout de cette histoire. Et d’en être ressortie, elle n’en était un tant soi peu aucunement sauvé. Plus que les méandres d’un esprit fragmenté à alimenter – le simple but de retrouver, de guérir. Le monde n’avait-il pas déjà perdu cette saveur familière ? Elle semblait déjà sombrer. Dans un nouveau tourment, à peine sortie du sien.

Il fallait qu’elle arrive. Qu’elle le retrouve et qu’elle le sauve de ce tourment. Qu’elle soit certaine que personne n’avait rentré dans ce monde, que personne n’avait pu le retrouver. Il était pourtant si bien caché. Cet endroit, qui pouvait réellement le connaître, si ça n’était qu’elle ? Personne ne pouvait... Non, personne. Ca revenait à l’impossible, à ce qui ne pouvait être fait. Ces moindres schémas. Ces moindres couloirs et endroits n’étaient connu qu’aux Maîtres ayant vécu dans le Monde qu’avait été Land of Departure. Ce monde qu’elle avait alors quitté, il y a de cela dix ans, alors qu’il avait complètement changé, de sorte qu’elle soit la seule à connaître cet ultime secret. Où elle jugeait que Ven serait en sécurité. Pour le moment où elle avait juré qu’elle reviendrait. Avec lui. Lui. Si seulement elle pouvait le revoir. Seulement pour cette promesse. Et pourtant elle savait que malgré cet espoir qu’il était toujours là, quelque part – quelque-part, peut-être aussi loin qu’il l’avait été – il était toujours là. Toujours en vie. Il ne pouvait être mort. Elle ne pourrait le prendre. Pas après tout ce qu’ils avaient dû passer au travers. Elle ne pouvait qu’espérer, encore. Toujours. Avec cette même détermination. Cette même détermination qui la faisait alors filer si loin. Et tandis que la silhouette de ce monde perdu s’approche, elle entre dans son atmosphère. Sa Keyblade, cette keyblade qui depuis si longtemps avait semblé éteinte, où seulement celle d’Eraqus avait subsisté, se retransforme dans des éclats de pétales rosées, avant qu’elle n’ose la faire disparaître de sa main. Elle repose son regard sur le château qu’elle avait jadis quitté avec la détermination de retrouver Terra. Son armure disparaît, démontrant son visage pensif, cette touche de détermination.

Elle l’avait entendu murmurer. Il était prêt. Et c’est lui qui avait remis en elle cet espoir qui l’avait sorti – même dans la plus grande noirceur, la lumière subsistait et c’était ce qui l’avait sauvé.

    « I’m coming. »
      v.f. : J’arrive.


Cette même phrase tambourine dans son esprit alors qu’elle approche, d’un pas lent, posé, dans lequel elle fait entrevoir cette raison d’être, l’aura qu’elle dégageait présent, des bribes d’un poème écarté au fond de son esprit, une mélodie dramatique d’un passé que jamais ils ne pourraient oublier, bien malgré eux. Elle serait toujours en fond. Toujours en fond de leur pensée commune, profanant leurs esprits. Et incapable de s’en dénouer, ils devraient vivre à toujours ressasser, rembobiner, répéter. Elle avance, silencieuse. Ses pas sont les seuls bruits, ses soupirs aussi inaudibles. Elle se fraye un chemin dans ces couloirs vides, immaculés. Un blanc constant. Un sentiment étrange s’empare d’elle. Quelqu’un avait-il osé pénétrer dans ces lieux ? Jamais ne pourrait-elle réellement le savoir. Dans ses mains était serré son Wayfinder, qu’elle tient avec elle, près de son coeur, comme si par ce pouvoir infime qu’il donnait, elle pouvait revoir un courage propre revenir. Comme une lumière qui brillait au loin, qu’elle ne devait qu’approcher, qu’entrevoir.

Elle entre. La salle semble pousser d’un infime pulsion. Une pulsion donnée par l’éclat de lumière. Il pulse sur les murs et donne une certaine luminosité, présente, tremblante et vacillante. Ses yeux se posent sur le trône, qui lui fait dos et ne fait qu’entrevoir son ultime grandeur, sa blancheur nacrée. Elle fait un pas, presque vacillant, se remémorant son passé, cette salle qu’elle avait quitté. Comme si c’était hier. Son coeur saute un battement. Elle avance. Son pas est plus lent. Plus lent jusqu’à ce qu’elle ne puisse voir cette silhouette tant connue. Cette silhouette toujours endormie. Avec cette lumière qui semble émaner de lui. Douce lumière si connue. Si douce. Sa main frôle la sienne alors qu’elle lui fait face, alors que, comme une mère, elle le contemple et le regarde dormir. Si paisible. Comme si le pire malheur du monde ne pouvait le déranger. Elle serre vainement sa main, d’une pression douce et presqu’inexistante et soupire doucement. Jusqu’à ce que, subitement, ses paupières tremblent. Elle recule, constatant ce fait, et semble l’examiner. L’éclat de ses yeux bleutés s’anime alors. Les siens semblent plonger dans cet océan profond. Ce regard. Et ses lèvres qui balbutient qu’une seule chose.

Cette voix. Cette petite voix, aussi faible avait-elle pu être. Ce simple mot de ses lèvres rosées, malgré ce ton rauque. Malgré tout ce qui pouvait alors le rendre aussi fragile qu’il l’était. Cette voix qui était tellement familière. Cette voix salvatrice, celle qu’elle avait si longtemps voulu entendre tinter une nouvelle fois. La même voix qui de loin l’avait sortie de son malheur, de ce monde de noirceur irréfutable dans laquelle elle n’avait cessé de s’enfoncer. Elle sent en elle monter un sentiment d’allégresse, de béatitude. Un sentiment profond nouait sa gorge. Ses mains se mettent à trembloter. Elle les serre un bref instant, sentant ce même sentiment profond l’envahir de toute part, l’empêchant alors de dire quoi que ce soit, l’empêchant même de bouger ne serait-ce que quelques instants, ces quelques instants où elle semble figée. Ses yeux s’humidifient, son regard semble même changer, alors qu’elle paraît inapte à se tenir debout. Elle semble sourire, seulement à voir ces yeux expressifs qui lui avaient tant manqué. Et alors, comme si ses genoux la lâchent d’une manière des plus téméraires qu’il put y être, son coeur explosant dans sa poitrine, sa main droite, toujours tremblante, frôle la joue du jeune homme, de cette même manière, douce, maternelle. Un sourire de ses lèvres frêles et tremblantes. De sa gorge serrée, elle murmure, car tout ce qui peut en sortir n’est qu’un souffle à peine audible, se répercutant entre les murs immaculés.

    « Ven... »


Les larmes coulent sur ses joues tandis que son sourire semble laisser place à un visage torturé par une douleur vive, la douleur du coeur ou peut-être du simple manque. Il faisait si longtemps. Si longtemps. Trop longtemps, beaucoup trop pour que ce soit même soutenable. Il lui avait tellement manqué. Sa lumière, si pure, si sincère. Il faisait bon d’ainsi la retrouver. Et ne fut-ce que ce moment ne dura que quelques fractions de seconde, où ses yeux se perdirent dans les siens qui n’avaient que trop gardé cette expression, cette vie qui l’avait alors habité, elle se laisse emporter par les moindres de ses sentiments et l’enlace, secouée de larmes amères.

Peut-être avait-ce seulement été cette profonde plaie à la suite de son absence, peut-être seulement par le trouble qu’avait causé sa pseudo apparition. Se remémorer ce visage aussi troublé avait de quoi effarer. Qu’importe. Tout ce qui importait, au moment présent, c’était qu’il était là. Qu’il s’était réveillé. Qu’il allait bien. Oui. C’est tout ce qui importait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://realm-of-darkness.forumactif.biz/t53-aqua http://realm-of-darkness.forumactif.biz/t260-nothing-will-drive-us-apart-aqua
 

Am I... Alive? | AQUA, VENTUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Realm of Darkness | Kingdom Hearts RPG :: Flood :: Les Anciens RP-